Marketing digital : les enjeux de la vélocité du client

Marketing numérique : mesurer le taux d’intérêt des clients

Si auparavant, les professionnels du marketing n’analysaient que la régularité des achats des consommateurs, actuellement, le marketing digital a amélioré les démarches et mise sur la vélocité des consommateurs. Ceci désigne le taux d’intérêt manifesté par ces derniers vis-à-vis d’un produit ou d’un service. Calculé en pourcentage, ce chiffre détermine le moment où le client montre un intérêt particulier à l’égard d’une marque et où il est moins réceptif. Le marketing digital veut ainsi que les marketeurs usent des moments les plus opportuns pour captiver leurs prospects.

Analyser les données collectées

La mesure de la vélocité dépend d’un indicateur déterminé par le marketeur. Afin d’analyser l’intérêt des consommateurs, il faut ainsi collecter toutes les données qui le concernent. Généralement, ces informations apparaissent grâce aux requêtes enregistrées par les visiteurs sur les moteurs de recherche, à leur nombre de visites sur le site, au nombre de clics effectués sur un produit, etc. Il est alors essentiel de recourir à des plateformes suffisamment développées pour pouvoir collecter le maximum de données. De cette manière, les marques peuvent définir les comportements des consommateurs en temps réel. La fréquence de consommation des clients est également un facteur déterminant dans leur vélocité. Ainsi, ils peuvent acheter un produit de manière plus active comme ils peuvent être plus réticents vis-à-vis d’un autre. Toutes ces informations renvoient finalement à un chiffre permettant de déterminer le taux d’intérêt d’un consommateur à l’égard d’un produit ou un service.

Mesurer la vélocité via des procédés multicanaux

Analyser les comportements des clients est une bonne démarche à adopter dans le marketing digital. Seulement, avec un seul outil déployé, le calcul du taux de vélocité risque d’être moins performant. Ainsi, afin de collecter des données plus pertinentes, il faut exploiter tous les canaux utilisés par les consommateurs (mobile, réseaux sociaux, mail, etc.). C’est uniquement de cette manière qu’il est possible de déterminer le réel intérêt manifesté par les clients vis-à-vis d’une marque.

Les astuces de pros pour mener une véritable stratégie cross-canal

Le cross-canal : l’avenir du marketing moderne

Au vu de l’accroissement phénoménal du digital dans le quotidien des consommateurs, les marketeurs se sont rendus compte que les stratégies d’approche marketing ne sont plus aussi simples qu’elles l’étaient auparavant. Plus encore, comme si l’avènement de la technologie ne suffisait pas, les utilisateurs jonglent désormais entres les canaux traditionnels et les nouvelles technologies. Seuls les plus perspicaces ont su trouver la solution à cette sphère infernale : le cross canal.

Analyser les comportements et cartographier le parcours client

La principale difficulté des entreprises à mener une bonne stratégie cross canal est la compréhension des interactions entre chaque canal utilisé par les consommateurs. Celles-ci sont tellement inconstantes qu’il devient presque impossible d’identifier le parcours client digital. En effet, 50% des entreprises l’ont affirmé. Ainsi, afin d’éviter de tomber dans ce dédale, les marques doivent déployer de bons outils de tracking et faire appel à des professionnels qualifiés pour analyser les comportements des utilisateurs pour chaque canal qu’ils utilisent. Il ne faut pas non plus considérer le consommateur comme un simple acheteur, mais en tant qu’individu qui se déplace et qui agit en fonction des supports de communication qu’il utilise. C’est pourquoi les experts recommandent de ne plus voir ces outils comme étant de simples matériels à part entière mais comme un ensemble de supports interdépendants. C’est là que la cartographie du parcours client sera nécessaire.

Voir le cross canal dans une dimension plus large

Le cross canal crée de la valeur. En effet, bon nombre d’entreprises de renommée mondiale ont augmenté leur chiffre d’affaire après avoir introduit cette technique dans leur stratégie marketing. C’est pourquoi il faut considérer le cross canal comme étant un activateur de business et donc un outil commercial à part entière. Enfin, la réalisation d’une stratégie cross canal effective ne peut être envisageable si tous les acteurs internes de l’entreprise n’interviennent pas. En effet, l’organisation interne de la marque devient le pilier de toutes les techniques mentionnées ci-dessus. Bref, il faut adapter l’entreprise au numérique.

Relation client : les consommateurs se sentent négligés

Relation client : les consommateurs sont déçus

Si un Français sur deux estime être fidèle à une marque, celle-ci ne réagit pas en conséquenc. C’est en tout cas ce que jugent 93% des consommateurs français ayant engagé une politique de fidélité envers une enseigne. C’est le résultat d’une étude de relation client réalisée par Generix Group-institut Toluna.

Qu’est-ce qu’une fidélisation ?

Parmi les 50% de Français interrogés s’estimant être fidèles à une marque, 58% pensent que cette fidélité ne se limite pas à une simple consommation mais concerne également le fait qu’ils deviennent de vrais ambassadeurs de la marque. Quant aux 54%, ils se disent fidèles lorsqu’ils achètent les produits de la marque de manière systématique. Cependant, les clients annoncent que leur fidélité se mérite et que les entreprises et marques doivent respecter certaines conditions pour gagner leur confiance. Pour cela, 85% des Français exigent des produits de qualité et 42% veulent être récompensés pour leur fidélité. 37%, quant à eux souhaitent participer à la conception de nouveaux produits. Bref, les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants, obligeant les enseignes à adopter des démarches plus pointues en matière de relation client.

Eviter le mécontentement des consommateurs

Toujours selon les avis des personnes interrogées lors de l’enquête de Generix Group-institut Toluna, les marques devraient éviter de jouer avec le feu. Elles considèrent ainsi le manquement aux obligations comme étant une faute grave en termes de relation client.  En parlant d’obligations, elles veulent surtout insister sur le respect de leur fidélité. En effet, 93% des sujets interrogés considèrent qu’ils ne sont pas suffisamment récompensés pour leur fidélité. Pour montrer leur mécontentement, 42% d’entre eux achètent moins de produits de la marque tandis que 7% vont jusqu’à faire pression sur la marque à travers les réseaux sociaux.

Offshoring : la tendance est à l’externalisation des services comptables

Externalisation : les nouvelles attractions des entreprises

Pour une entreprise, externaliser ses services financiers et comptables revient à réduire les frais généraux liés à son fonctionnement et accentuer les activités sur son image de marque. Si de prime abord cette tendance est source de nombreux avantages, elle doit néanmoins être considérée avec précaution car le domaine financier est le pilier de développement d’une entreprise.

Une gestion interne plus élaborée

Si de plus en plus d’entreprises recourent actuellement à l’externalisation, c’est parce que cette activité offre de nombreux avantages non seulement sur la gestion financière mais également sur l’organisation interne. La gestion du personnel est ainsi mieux élaborée et les frais liés au recrutement et à la formation seront moindres. Plus important encore, si l’externalisation des services financiers et comptables est actuellement très convoitée, c’est grâce au travail de professionnalisme exercé par les sociétés en offshore qui déploient de nouvelles technologies pour viser la qualité. En effet, l’offshoring gagne de plus en plus de terrain car mis à part le fait que les services y sont peu coûteux, les sociétés s’exposent davantage à l’expertise métier.

Ce qu’implique une externalisation de la gestion financière et comptable

D’une manière générale, les activités prises en compte dans une externalisation des services financiers et comptables tournent autour des travaux de comptabilité et de fiscalité de l’entreprise. D’un point de vue plus détaillé, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’une société décide de recourir à ce type d’externalisation. Les principales activités traitées sont par ailleurs :

  •  la gestion des paies
  • la gestion du système comptable
  • la formation du personnel comptable
  • l’audit de comptabilité interne
  • l’instauration et la gestion du logiciel de comptabilité,…. etc.

Marketing B to B : introduire les jeunes dans un nouveau concept

Commerce B to B : un nouveau pas vers la jeune génération

Le commerce B to B étant un nouveau secteur propice au recrutement, la CGI a décidé de mener une campagne de sensibilisation auprès des jeunes adultes sur le sujet à travers la télévision et l’internet. En effet, près de 100 000 emplois en CDI ont été créés dans le domaine en 2014 pour des profils commerciaux et logistiques.

L’univers du B to B encore méconnu des jeunes

Afin d’attirer un maximum de public, la campagne a été menée à travers plusieurs spots vidéo d’une quinzaine de secondes chacun, avec un nombre total de 200 diffusions, soit environ 30 millions de messages publiés. Les informations véhiculées dans ces clips sont claires et concises. Une approche directe via un micro-trottoir a ainsi été déployée dans les vidéos démontrant la méconnaissance des jeunes de l’univers du B to B. En effet, la plupart d’entre eux ignorent totalement le concept, l’associant indécemment à un groupe de boys band, à un nouvel endroit très branché ou encore à un nouveau site matrimonial. C’est dans cette même vidéo que les réalisateurs apprennent aux jeunes intervenants la vraie signification du commerce B to B en quelques chiffres, et principalement son avenir en tant que secteur promoteur de nouveaux emplois.

Vers une campagne en cross canal

Une fois les spots vidéo réalisés, la CGI les renvoie directement sur une plateforme en ligne spécialisée dans le commerce B to B. Ce site figure parmi les plus grands portails B to B avec plus de 1500 offres d’emplois, de fiches métiers et de vidéos publiées. Il propose également des liens pointant directement sur d’autres plateformes de recrutement et de formation. Cependant, l’objectif de la campagne sur le long terme est « la semaine du commerce B to B », un événement de grande envergure réunissant tous les acteurs du B to B et où sont organisées des visites estudiantines. L’année dernière, plus de 800 étudiants ont été reçus par près de 40 sociétés. En menant cette campagne, la CGI vise à ouvrir une nouvelle porte en offrant de nouvelles opportunités d’emplois aux jeunes.