Appels sortants : focus sur le dispositif antidémarchage, baptisé Bloctel

Appels sortants : des cauchemars pour les Français ?

Les appels sortants, que ce soit pour la prospection commerciale ou la prise de rendez-vous, ne sont pas tous dérangeants. Néanmoins, les opérations de démarchage arrivent souvent aux mauvais moments. En témoignent notamment les restaurateurs qui sont fous de rage parce que dérangés en plein service (à midi, 21h…). Relativisons quand même la situation. Beaucoup de Français n’ont pas une vision manichéenne du phoning. C’est le cas par exemple des personnes âgées se sentant seules chez elles ou dans les pensions. Puisqu’elles sont fort peu mobiles, ce sont les produits et services qui viennent à elles via le phoning. Le phoning, comme les newsletters, fonctionne bien auprès des séniors. Après tout, particuliers et professionnels se sentent dérangés, voire harcelés parce que les call center pullulent en France, mais aussi et surtout à l’étranger. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’une même personne reçoive, en une semaine ou un mois, plusieurs appels sur un même produit. Enfin, mais surtout pas des moindres.

Nettoyage des fichiers de démarchage par Bloctel

On s’inscrit sur le site de Bloctel, en indiquant son ou ses numéros– on peut entrer jusqu’à huit numéros. Il faut attendre un mois après l’inscription pour que ces numéros soient retirés durant trois ans des listes de démarchage. Par ailleurs, la loi exige que les centres d’appels fassent nettoyer leurs fichiers par Bloctel : les contrevenants encourent jusqu’à 75 mille euros d’amende. Si la presse loue le présumé bien-fondé de cette mesure contre les appels sortants, certains parlementaires s’insurgent des risques de pertes d’emplois. Quoi qu’il en soit, seul l’avenir nous dira si Bloctel réduirait significativement les chiffres d’affaires des call center. Pour l’heure, ce n’est qu’une hypothèse fort peu plausible. Et la presse a beau souffler sur les braises, beaucoup de Français restent sceptiques.