L’île Maurice est le premier pays à l’indice de la liberté économique du Wall Street Journal en Afrique Subsaharienne

En Afrique Subsaharienne, c’est l’Ile Maurice qui est le premier pays  à l’indice de la liberté économique du WSJ et de la Heritage Foundation pour l’édition 2013, devant le Botswana.
À l’échelle internationale, l’Etat insulaire de l’Océan Indien est au 8ème rang devant le Danemark et les USA  dans ce classement 2013. Quant à la première place,  elle est occuppée par Hong Kong : Singapour et Australie lui emboîtent le pas.

L’île garde la même position que l’an passé mais elle perd malheureusement des points dans la catégorie ‘liberté monétaire » et « absence de corruption » : régression de 5 places et de 3 places. Maurice se place donc à la 43e place mondiale dans la catégorie « absence de corruption » à 51 points.  En ce qui concerne la liberté monétaire, le pays est à 75,4 points contre  78,3 en 2012, ce qui lui vaut la 90e place mondiale.

« La note globale de Maurice est essentiellement la même que l’an dernier, avec des améliorations en matière de droits de propriété et la liberté du travail contrebalancée par des baisses dans l’absence de la corruption et de la liberté monétaire. Maurice est classé 1er sur 46 pays de la région sub-saharienne »  peut-on lire dans le rapport. Quoi qu’il en soit, le score de l’Ile Maurice reste supérieur à la moyenne mondiale, à savoir : 40,6 points. Elle enregistre son meilleur score dans la liberté fiscale : 92,1 points.

En maintenant  son statut de l’un des 10 économies les plus libres du monde, l’île Maurice continue d’être « un chef de file mondial en ce qu’il s’agit de liberté économique » avec  tous les piliers de la liberté économique qui sont solidement maintenus. « La petite économie insulaire profite grandement d’un cadre solide et transparent qui respecte fortement la primauté du droit. » soulignent  la Heritage Foundation et le Wall Street Journal.

Par ailleurs, les réformes budgétaires gardent la bonne voie. De même, la dette publique et le déficit budgétaire sont sous contrôle, malgré une politique fiscale expansionniste depuis 2008. Selon le rapport, le climat d’affaires est stable sur l’île. En effet, « l’île Maurice soutient un environnement entrepreneurial dynamique. Les obstacles au libre-échange sont faibles, et les opérations commerciales sont facilitées par des règlements efficaces qui prennent en charge des politiques de libre marché. Les pressions inflationnistes sont sous contrôle, et les investissements étrangers sont les bienvenus ».

Comments are closed.