Une croissance boostée par le rachat de Data Base Factory

Pour rappel, CCA International a conclu un accord d’exclusivité avec Data Base Factory en 2015, ceci dans le but d’élargir son activité d’externalisation de la relation client et garder sa place dans le TOP 5 Français des entreprises les plus performantes dans le secteur. La fusion des deux firmes fait  apparaître un aspect de complémentarité indéniable dans la diversité de leurs portefeuilles client, leurs implantations internationales et l’évolution du chiffred’affaires de CCA International. Pour preuve, sur une base de comparaison proforma, le chiffre d’affaires de la firme absorbante pour l’exercice 2016 connaît une baisse de 3% par rapport à celui de l’exercice 2015, c’est à dire si l’on fait abstraction de la consolidation faite avec DBF le 30 juin 2015.

Une dette financière stable par rapport à l’exercice 2015

Si l’on prend en compte les autres produits et charges non courants, l’exercice 2016 a été plutôt encourageant pour le Groupe. En effet, le résultat opérationnel pendant cette période est estimé à 3,94 millions d’euros. Cet équilibre plus ou moins tenu a eu un effet de stabilité accrue sur sa dette financière. Sur la base des dettes financières nettes de la trésorerie disponible, le Groupe affichait  en fin d’année 2016 une situation de dette financière nette de 10,5 millions d’euros, une somme qui provient essentiellement de deux emprunts contractés en 2015. L’acquisition de DBF représente en quelque sorte une charge financière issue des emprunts faits auprès d’un pool bancaire. Mais c’est un investissement rentable qui lui permettra de valoriser les acquis dans le domaine de l’externalisation de la relation client.

Une bonne perspective pour 2017

Le Groupe a su prouver  son savoir faire dans son intégration avec DBF. Si CCA International poursuit sa conquête des pays à coût de sous-traitance abordable tels que Maroc ou Madagascar, c’est pour tirer parti des opportunités qui lui sont offertes sur le marché. À l’instar des compétences qui ne cessent  de se perfectionner en qualité dans ces pays, le climat d’investissement devient de plus en plus incitatif. Toutefois, les sites d’externalisation dans quelques régions d’Europe ne sont pas laissés pour compte car ils offrent encore des avantages comparatifs alléchants malgré  les coûts salariaux un peu lourds. Ceci est marqué par la décision de reprendre un centre interne en Allemagne en janvier 2017. Le Groupe veut renforcer son engagement qui est celui de mettre en place un dispositif de gestion de la relation clientèle à la fois efficace, à moindre coût  et avec une stratégie de fidélisation bien définie. Pour ce faire, l’externalisation de la relation client reste toujours l’activité qui explique son dynamisme. Néanmoins, des changements internes et externes sont à prévoir compte tenu de cette évolution structurelle.

Comments are closed.