Avis d’expert sur l’externalisation de l’environnement de travail : Veronique Chasse

Le professeur de facility management au Desma de l’IAE de Grenoble, Véronique Chasse, a récemment décrypté les résultats de l’enquête publiée par Deloitte/Arseg sur l’externalisation de l’environnement de travail. Voici ce qu’il en est : « Il y a une quinzaine d’années, on avait tendance à considérer de manière un peu linéaire que l’externalisation était LA solution. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir s’il faut externaliser ou pas, mais comment mieux externaliser » dit-elle en commentant les résultats de l’enquête.

Maîtrise de l’externalisation

Selon cette étude, 85% des entreprises souhaitent conserver une direction interne qui couvre les fonctions liés à l’environnement de travail.  Mais Véronique Chasse estime que ce chiffre va baisser dans 10 ou 15 ans pour laisser place aux systèmes d’outsourcing plus élargis. Pour Véronique Chasse, le facility management est inéluctable pour pouvoir se concentrer sur le cœur de l’activité et aussi pour professionnaliser les organisations. L’outsourcing reste, selon elle, le meilleur moyen de répondre à cet enjeu de gestion de l’environnement de travail.

Mieux externaliser

On ne peut plus se permettre de faire l’économie de l’analyse des besoins et encore moins celle des process et de l’organisation. Il est impératif de se poser les bonnes questions et y apporter les réponses les plus pertinentes afin d’identifier les limites de l’externalisation. En général, les entreprises privilégient le modèle multi-technique mais celui-ci est toujours mis en perspective avec la stratégie de l’entreprise. Ainsi « Si l’on s’oriente vers l’externalisation pour des raisons économiques ou qualitatives, il peut aussi y avoir des motivations ad hoc propres à chaque organisation. On peut en effet envisager l’externalisation comme un chemin vers la maturité des organisations. »

Comments are closed.